1ere année d’École d’ingénieur

Je débarque à Nantes et je loge dans une jolie petite maison dans un parc. La maison principale étant habitée par les propriétaires qui sont les parents d’un ami de mon père. J’y suis bien. Et en plus, il y a une baignoire…

Les cours sont nuls. Encore de la théorie. Pas de projets en vue.

Je trouve deux passionnés : Brice Lançon, le politicien et Marco Prampolini, le scientifique qui court.

A nous trois, nous créons un club de fusées. Nous allons dans la campagne nantaise lancer nos petites fusées en carton propulsés par un carburant solide (sucre et xxx). Xxx, je ne vous le donne pas car les fusées sont des bombes…

Je néglige cette première année scolaire fort décevante et je termine en queue de peloton.

Je me rappellerais toujours du cours d’électrotechnique sur les moteurs électriques. Nous devions étudié des tonnes de formules et choisir laquelle appliquer lors de l’évaluation écrite. J’obtiens un 8/20 sans avoir rien étudié et Marco, qui était toujours à fond dans ses études, obtient un 18/20. Je lui demande de me résumer tout ce qu’il a appris. Il me sort : « Triphasé : trois fils ». Je lui réponds que moi aussi, je n’ai compris que cela mais je n’ai pas perdu mon temps. Il est vrai que je vais le payer car Marco va aller en option « Energétique » et qu’il va pouvoir apprendre plein de choses utiles pour les moteurs de fusées. Brice Lançon parvient lui-aussi à intégrer cette filière pour la 2ème année.

Quelques années plus tard, le frère de ma copine, qui était en BTS électrotechnique, m’explique comment fonctionne un moteur électrique et pourquoi il y a 3 fils… C’est clair et je retiens tout en moins de 30 minutes…

Mais bon, j’ai encore pris du retard. Je suis dans l’option la moins demandée : « Construction Navale » pour les 2 dernières années à l’ENSM.